MeSoigner mise sur l’intelligence artificielle pour généraliser le dispositif “Bilan Partagé de Médication” en France

L’entreprise MeSoigner, ambitionne de déployer le “Bilan Partagé de Médication” autorisé depuis mars 2018 par l’Union Nationale des Caisses d’Assurances Maladie dans les pharmacies.

Son objectif est d’équiper 2 000 pharmacies dans les prochains mois, de leur nouveau logiciel doté d’une intelligence artificielle et développé en partenariat avec le Comité de Valorisation de l’Acte Officinal (CVAO). Le lancement a été fait le 16 juillet. En France on estime que 130 000 hospitalisations et plus de 10 000 décès par an sont causés par les effets indésirables provoqués par les médicaments*. Le “Bilan Partagé de Médication (BPM)” a pour vocation de lutter contre la iatrogénie, mais aussi de répondre aux interrogations des patients et de les aider dans l’administration de leur traitement pour favoriser l’observance des professionnels de santé. Le pharmacien joue ici un rôle majeur en termes d’écoute, de suivi et de conseils. Malgré son bénéfice manifeste, en particulier pour les malades chroniques et les professionnels de santé, peu de pharmaciens mettent en oeuvre aujourd’hui ce dispositif. À date, 27 000 patients** ont initié ou terminé leur bilan partagé de médication, nous sommes bien loin des 3,9 millions*** de patients concernés par ce service.

Retour d’expérience, témoignage d’un pharmacien

« Nous vivons une révolution du business model des pharmacies qui passent du rôle de commerçant à celui d’un professionnel de santé accompagnant. Les bénéfices du Bilan Partagé de Médication sont largement sous exploités car, dans les faits, sa mise en oeuvre est complexe. MeSoigner apporte une solution concrète grâce à un logiciel doté d’une intelligence artificielle. L’expérience que je mène dans ma pharmacie de Saint-Médard en Jalles en Gironde et les premiers retours de nos clients sont très positifs. Nous avons la conviction que le digital est la clé vers la grande mutation du secteur. Grâce à ces innovations, le pharmacien sera rémunéré pour le service rendu plutôt que sur un pourcentage de vente sur les boîtes de médicaments. Une partie de nos investissements doivent être consacrés à l’aménagement de nos officines pour offrir des espaces d’accueil aux patients, notamment en vue des réalisations de vaccins bientôt autorisées, ainsi que pour le projet de télémédecine.

Xavier Mosnier-Thoumas, pharmacien expert-conseil MeSoigner

➔ Le bilan partagé de médication (BPM), un service qui connaît des limites dans sa mise en place actuelle

En cause ? Un manque de temps pour conduire ces entretiens qui, sans outil dédié, ne sont pas encadrés et deviennent vite chronophages. Les formations permettent aux professionnels de mieux comprendre les enjeux du BPM mais ils se retrouvent toujours démunis dans sa mise en place effective. Ils ne savent pas comment gérer la conduite de l’entretien, l’archivage des données, la transmission au patient etc… Cet outil est pourtant essentiel dans la mutation actuelle des officines vers une offre plus riche en prestations de service.

La solution MeSoigner : un entretien sur-mesure grâce à un outil simple et rapide d’utilisation

L’intelligence artificielle de MeSoigner permet au pharmacien de proposer, clé en main, un Bilan Partagé de Médication à ses patients. Ce dernier doit remplir, en amont de son rendez-vous, un questionnaire en ligne ou en version papier pour préparer le BPM. Il s’agit de 30 questions rédigées par le CVAO, qui suit le cahier des charges de l’Assurance Maladie. Ce document sert ensuite de base d’échange entre le pharmacien et son patient lors de l’entretien individuel. Le professionnel de santé peut comparer le ressenti du patient via ses réponses et la réalité des médicaments délivrés sur la carte vitale. Une synthèse de l’analyse est automatiquement éditée et peut être envoyée directement au médecin.

➔ Un outil pensé par et pour les pharmaciens

L’outil MeSoigner a été développé en concertation avec Xavier Mosnier Thoumas, pharmacien expert-conseil pour MeSoigner, et en collaboration avec le CVAO, véritable caution de ce logiciel. Ainsi, celui-ci répond aux attentes terrains des pharmaciens :
– Une structuration de l’offre via un entretien guidé par le logiciel.
– Une rentabilité du temps passé. Le BPM est ici réalisable en 1h seulement pour optimiser la disponibilité du pharmacien et l’efficacité du service pour le patient.
– Une offre tournée vers l’observance via le suivi et le conseil. On évite un entretien en face à face inquisitoire pour maximiser le temps de parole sur le traitement et le ressenti du patient. Le point de départ se fait sur le bilan personnel du patient afin d’engager la conversation naturellement.
– Une synthèse éditée automatiquement pour être envoyée au médecin
– Une accessibilité du prix : 30€/mois et 20€ pour les officines déjà clientes MeSoigner
Pour les médecins également, la facilitation du BPM est une opportunité puisque la synthèse émise leur servira également de base de travail, sans pour autant que le pharmacien ne vienne interférer dans ses recommandations de traitement. Et pour le patient, le BPM est tourné vers son ressenti pour un meilleur suivi au quotidien.

Pour en savoir plus…le Bilan Partagé de Médication en bref

Un entretien centré sur le suivi du patient, remboursé par la sécurité sociale et permettant d’ouvrir un dialogue avec le pharmacien pour une meilleure coordination entre les professionnels de santé.
Les objectifs du BPM : ce Bilan Partagé de Médication entre le pharmacien et le médecin permettra notamment de lutter contre l’iatrogénie médicamenteuse, en évaluant plus facilement la consommation réelle de
médicaments du patient et en permettant ainsi d’éviter les associations de molécules aux effets indésirables.
L’historique : des entretiens type BPM étaient déjà autorisés pour les patients diabétiques, asthmatiques…
Novembre 2017 marque la signature d’un accord entre l’assurance maladie et les syndicats, pour une autorisation définitive de lancement en mars 2018.
Les patients concernés : aujourd’hui le BPM est proposé aux malades chroniques, aux patients de plus de 75 ans et pour les affections longues durées
Le tarif côté patient : 60€ la première année avec 2 entretiens puis 40€ les années suivantes (30€ si il n’y a pas de changement de traitement). Le tout intégralement pris en charge pour le patient par l’Assurance Maladie.

*Source : Collectif Bon Usage du médicament (CBUM) – Mars 2018
**Source : CVAO
***Source : Site web de la Sécurité Sociale Ameli.fr – Interview du Professeur Sylvie Legrain

 

 Découvrez notre solution sur le bilan de médication partagé www.bilan-de-medication.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *